Veuillez noter que nous sommes présentement en rupture de stock sur tous nos vins

 

 

À la fois si simple et si complexe

Ni tout à fait sol, ni tout à fait climat, un peu humain aussi. Le terroir est un concept un peu flou, mais ô combien important quand on parle de vigne. C’est en quelque sorte tout ce qui fait pousser la vigne et qui contribue à rendre les nôtres uniques. C’est à la fois géologique et pédologique (sols, sous-sols, minéraux), climatique (températures, précipitations) et géomorphologique (pentes et expositions). Mais c’est aussi, beaucoup humain. Ainsi, qui dit terroir dit aussi savoir-faire vigneron, choix de cépages, taille et mode de conduite de la vigne. C’est vaste certes, mais c'est un peu tout ça qui rend nos vins absolument uniques. 

 

 

Notre terroir

 

Que ceux qui croient encore qu'il fait trop froid au Québec pour faire pousser de la vigne, et notamment des cépages Vitis Vinifera, viennent faire un tour au vignoble en plein été. Avec une moyenne annuelle de 1 250 degrés-jours en base 10, nos vignes ont amplement de chaleur pour mûrir leur charge de raisins. Évidemment, le climat continental québécois est parfois moins clément pour la vigne. En plus des précipitations parfois importantes durant la saison de croissance et des risques de gelées tardives au printemps, notre climat est marqué par des hivers rigoureux avec des températures minimales qui dépassent parfois les -30°C. Cultiver la vigne par ces températures est un défi, mais notre ingénieux système de protection hivernale nous permet de ne jamais exposer nos vignes à des températures inférieures à -20°C. C'est un seuil tout à fait acceptable lorsqu'on sait que les cépages que nous cultivons peuvent généralement affronter des températures jusqu'à -22°C sans aucun dommage.

 

 

Si elles nous causent parfois bien des cauchemards, les pentes abruptes sont l'âme même du vignoble. Frayant son chemin dans la vaste et monotone plaine, la rivière Yamaska a découpé une vallée profonde et méandrée. En ses bords, un ancien glissement de terrain a créé les terres où nous cultivons aujourd'hui la vigne. Un premier grand côteau faisant face au sud-est accueille les vignes de Pinot noir et de Gamaret, tandis qu'un deuxième, plus petit et franc sud cette fois, est l'hôte de notre parcelle d'Albariño. Avec des pentes allant jusqu'à 45%, cette dernière parcelle est travaillée à la main uniquement. Mais le jeu en vaut la chandelle car grâce à ces pentes, nos vignes bénéficient d'un ensoleillement optimal et d'un bon drainage de l'air froid.

 

 

Argiles, sables et loams, sols alcalins et acides, riches et pauvres... difficile de croire qu'on retrouve tout ça sur une toute petite terre d'à peine 6 hectares. Après avoir effectué une dizaine de profils de sols en préparation de la plantation, il nous est apparu clair que nous avions entre les mains un heureux casse-tête, mais aussi un site merveilleux pour comprendre l'impact des sols sur la vigne. Les choix de plantation ont été longuement réfléchis afin de trouver l'adéquation parfaite entre sol, porte-greffe et cépage. C'est ce qui nous a amenés à planter des vignes de Vidal greffées et franc-de-pied, selon qu'elles sont installées dans une parcelle argileuse et riche ou plus sablonneuse. C'est aussi ce qui nous a incités à implanter Pinot noir et Gamaret dans des loams plutôt neutres et surtout plus pauvres. 

 

Les artisans

 

et sans oublier... 

vous tous qui, un jour ou l'autre, avez mis avec nous l'épaule à la roue pour bâtir le Domaine du Nival. Ce vignoble n'existerait pas sans votre inestimable apport et nous vous en serons pour toujours reconnaissants.

Un évènement au vignoble, un nouveau millésime finalement disponible, quelques dernières bouteilles d'un produit qui vous a fait vibrer...

Laissez-nous votre adresse courriel pour être certain de ne rien manquer.